Index  Forum  Livre d'or  Nous   Se connecter  
     
624725 visiteurs
1 connecté
 
 
     
    Index > Liste des articles > Arcade > Snow Bros - Nick & Tom
 

 
 
Informations
Editeur Toaplan
Développeur Toaplan
Année 1990
Genre jeu de sale gosse
Autres supports NES, MD, GB, Amiga

 
 
 
 

Retour à l'index

Un jeu au hasard :
Super Mario World
Super Mario World
(Super NES)


Articles
 -par support
 -par auteur
 -par année

Dossiers
 
 
 
 

Cette année là...
Jeux Flash
 
 
 
 

Forum
Nous
Livre d'or
Liens

Old School Gamers
Retrogaming80
Les gouttes ophtalmiques ou collyres sont un médicament liquide qu'on applique sur la conjonctive de l'œil
Guardiana, le monde Mega Drive
Une autre vision des RPG
1Up, le site de Sanjuro
Bédéthèque de la Team Pythagore
 
 
 
 


Pour accéder aux Radios, cliquez ici !

Par Radio.blog

 
 
Snow Bros - Nick & Tom
Par Milcham le 01/12/2006




   Parce qu'on a coutume de dire que les jeux vidéo ne font que des sales gosses, Snow Bros. est une crotte de nez vidéoludique que n'importe quel petit con se doit d'avaler goulûment. Chez Toaplan, petite boîte où la culture du jeu a le vent en poupe, on ne pouvait évidemment pas faire comme tout le monde : enfantin mais pas choupi-chocolat, leur Snow Bros est en plus carrément fendard à jouer, surtout à deux. Ok, flashback. Vous avez neuf ans, c'est mercredi et il n'y a pas école. Vous êtes dans le parc avec ce sale pou de fils du boulanger et vous passionnez pour la détresse d'une entière colonie de fourmis coincées dans leurs galeries dont vous avez soigneusement glué les entrées. Vous vous souvenez ? Alors c'est bon, vous connaissez aussi Snow Bros.


L'ARCADE ET LES DRAGIBUS
- dragibus, dragibe, dragibum, dragibi, dragibo, dragibo -

   Au milieu des années 1980, l'arcade fait rêver, les gosses traînent en bandes dans les salles enfumées, des étoiles dans les yeux. C'est un business suffisamment conséquent pour intéresser jusqu'aux tenanciers des plus minables PMU du fin fond de l'Auvergne : rien de tel pour réveiller la Gaule qu'un flipper, un vieux Pac-Man et surtout un jeu de cul quelconque posés côte à côte pas loin des gogues. En d'autres termes, l'arcade a envahi les espaces publics et s'y sent chez elle : c'est le règne des "jeux de bar". Pour une bonne décennie encore, toute nouvelle machine dédiée au jeu fait sa promo autour d'adaptations dites fidèles aux jeux d'arcade.

   En 1986, une belle année placée sous le signe des cheveux au vent avec OutRun, un jeu bête comme chou s'empare de la planète entière. Il s'agit bien sûr de Bubble Bobble, le jeu de plateau du géant japonais Taito. On y incarne Bub et Bob, deux p'tits dinos à croquer, qui crachent des bulles un peu partout dans les décors roses bonbons du jeu. Bubble Bobble est un très bon jeu, mais c'est aussi son emballage qui séduit. Taito invente de fait ce qu'on appelle désormais le "Cute Game" et en fait ses choux gras pour les années à venir. Sortent tour à tour Parasol Stars, Rainbow Islands, Don Doko Don, New Zealand Story... et finalement le génial Liquid Kids (Mizubaku Daibouken en japonais) en 1990. Dans les années suivantes, Puzzle Bobble achève de faire craquer les filles avec ses p'tites voix digits crôômeugnonnes, ses couleurs qui pètent et ses dinos heureux de vivre. Nous avons tous connu ça : une femme vous dira que Gears of War est moche mais fondra devant un Puzzle Bobble 4.


Bubble Bobble (1986) et Liquid Kids (1990)


TOAPE-LA, MEC !
- ils n'ont pas inventé l'eau chaude, mais la neige ça reste à voir -

Sauf que.
   Sauf que pendant ce temps - en 1990, dans une galaxie sans doute lointaine, très lointaine, planqués aux yeux de l'univers tout entier dans quelque petit local d'une tour japonaise, les savants fous de la société Toaplan connaissent justement leurs plus gros succès. Alors autant annoncer la couleur : Toaplan, avant tout, c'est une affaire de shoot'em ups ! C'est pas pour les fillettes, ni pour les chouchous des maîtresses ; ça déconne pas, c'est pour les vrais caïds des cours de récré, ceux qui ont déjà un poil de cul qu'ils peignent tous les matins en exhibant ce qu'ils croient être du muscle devant la glace. Même que Songoku il est moins balèze qu'eux.



   Toaplan, donc, est alors en grande forme, avec Zero Wing par exemple. Si si, celui-là même que le trip "All your base are belong to us" a rendu célèbre sur Mega Drive. Le soft est en outre de bonne facture, particulièrement dans sa version arcade. Pour tout dire, aussi appréciables soient-elles, les conversions des shoots Toaplan sur MD ont ce côté franchement vieillot si propre à la MD, mais qui fait un p'tit peu tâche à côté de MUSHA Aleste et Thunder Force III, la même année. Le point commun entre leurs Truxton, Zero Wing et l'excellent Hellfire ? Aucune originalité. Mais alors aucune. Toaplan est à l'image de pas mal de boîtes "de second ordre" de l'époque : ils excellent dans le classique mais ne cherchent pas à révolutionner le monde du jeu vidéo, et grand bien leur en a pris. D'autant que le temps leur a permis de se forger un style propre, assez inimitable, qu'on retrouvera plus tard dans les boîtes issues des cendres de Toaplan, notamment Cave dans ses premières années. En 1990, Toaplan signe aussi ce qui est probablement leur plus grand chef-d'oeuvre : Out Zone, un Commando-like tout en démesure.


Out Zone (1990)

   C'est sans doute autour d'un verre de Tang que leur vient l'idée certes pas très originale de marcher sur les plates-bandes de Taito avec un jeu de plateau de leur cru. Ainsi naît Snow Bros, ou ce qu'aurait été Bubble Bobble si on avait préféré parler de batailles de boules de neige/de petits pois à la cantoche. Des sales gosses je vous dis. Joli succès pour Toaplan, qui voit son jeu porté sur NES (pas beau), Mega Drive, et Game Boy dans une version nommée "Snow Bros Jr". Des Français planchaient sur une version Amiga pour l'année 1991, d'ailleurs pas tout à fait identique à l'original (des couleurs plus "polaires" et des sprites avec plus de relief) ; testée par AHL dans Joystick, elle n'a pourtant jamais été commercialisée. Le jeu n'a été mis à la disposition de la communauté amigaïste que cette année 2006. Sympa ! =)


LES PETITEUH BÊTEUH
- ça nous embêteuh (François Pérusse) -

   Techniquement, Snow Bros est très modeste. Le jeu tourne sur une borne au standard JAMMA avec un Motorola 68000 cadencé à 8MHz et un Sharp Z80 à 6MHz. La résolution d'écran est de 256.224, avec 256 couleurs affichables, et le proc' son est un Yamaha 3812 3MHz. A côté de concurrents de la même époque comme Don Doko Don ou Liquid Kids, c'est carrément faiblard. Qu'importe, Snow Bros s'en accomode.

   Le principe est simple et reprend largement Bubble Bobble. Vous incarnez Nick, l'éventuel second joueur contrôle Tom. Vous êtes des bonshommes de neige sans histoire et tenez compagnie aux deux cruches locales. Quand soudain ! Un méchant vient enlever les donzelles. Vous gobez un Mr Freeze, et c'est parti pour la bataille de boules de neiges du siècle. Cinq mondes de dix tableaux dont les cinq boss, ça fait du boulot. Certes moins que les 100 niveaux de Bubble Bobble, mais l'assez forte difficulté du jeu fait qu'on est déjà bien content d'en venir à bout quand on vient d'injecter tout son argent de poche dedans, petit collégien livide. Rien d'insurmontable, mais chaque Continue est l'occasion d'une remise à zéro du tableau en cours, ce qui vous laisse donc vos trois vies pour plier un tableau sous peine de devoir le refaire. C'est de bonne guerre.


BATAILLE RANGEE DANS LA COUR DE RECRE
- et marasme dans les tranchées -

   Vous vous baladez donc de long en large dans le tableau. Un seul et unique bouton : vous envoyez de la neige. Si un monstre s'en prend dans la tronche il est momentanément immobilisé ; s'il s'en prend suffisamment il se transforme en grosse boule de neige. Faites-en ce que vous voulez : soulevez-la, mettez-vous debout dessus, et évidemment envoyez-la valser à travers tout l'écran pour dégommer les ennemis, elle mettra pas mal de temps avant de se fracasser contre un mur. Si vous êtes sur le passage d'une boule de neige, elle vous emporte à toute berzingue - il faut alors sauter pour s'en extirper. Tout le sel du jeu va donc consister à enneiger un monstre et à jouer avec la boule de neige ainsi créée pour faire un gros combo des familles. Ce n'est pas de la lubie du score : vous ne finirez pas le jeu si vous ne cherchez pas à dégommer vos ennemis en groupe, d'autant que les combos sont la seule manière de faire apparaître des bonus. Les voici énumérés :

- les sushi vous filent des points en plus et vous font surtout pester quand c'est évidemment de power-ups que vous avez besoin.
- la potion rouge vous permet de courir. Très très très indispensable, donc ;
- la potion bleue rend votre tir plus puissant, donc l'enneigement des monstres plus rapide ;
- la potion jaune augmente la portée de votre tir ;
- la potion verte vous fait momentanément gonfler comme un ballon. Pendant ce laps de temps vous êtes invincible et pouvez voler sur toute la surface de l'écran pour vous débarrasser des monstres.
- la tête de Snow Bros fige l'action pour faire apparaître une bande de bestioles bleues. Si vous en transformez une en boule et la balancez, vous obtenez une lettre. Attention, tout va très vite et dans le meilleur des cas vous ne pourrez sans doute en décrocher que deux à chaque utilisation de cet item. Quand vous avez assemblé les lettres S N O W, vous gagnez une vie.



   Chaque vie perdue équivaut à la perte de vos power-ups durement acquis, on passe donc une bonne partie du jeu à poil, lent et poussif. Il faut s'y faire, d'autant que Snow Bros est beaucoup moins prévisible qu'un Bubble Bobble : les morts idiotes seront légions. Si vous parvenez à tuer tous les monstres d'un seul coup, une pluie de gros biftons s'abat sur l'écran, ce qui fait beaucoup, beaucoup de points en plus. Si en revanche vous tardez un peu trop, un monstre-citrouille invincible apparaît qui vous traque et disperses des fantômes sur l'écran. Donc magnez-vous. Snow Bros est un jeu de la prise de risque.



LA REVANCHE DES CHOUCHOUS DE LA MAITRESSE
- et des tomates tueuses aussi -

   L'intérêt de Snow Bros, c'est aussi son côté un peu farfelu-bizarre qu'on ne trouve pas dans les cute games de Taito ou les mièvreries kawaiiii qu'on nous assène régulièrement. Vous n'attaquez pas de vilains animaux fluos, mais bien des singes à gros pifs, des ogres abrutis et autres diablotins fendus en un rictus minable. Vous ne vous baladez pas dans des décors de pâte à modeler, mais dans des environnements eux aussi bien bizarres figurant des graffitis d'animaux un peu abstraits : tout concourt à faire de Snow Bros une apologie de la vie de sale gosse. Le jeu original peut être vu comme une sorte d'escapade dans l'imaginaire de gamins un peu tordus, ni intelligents, ni brillants, juste mal élevés, qui se voient comme des bonshommes de neige devant sauver des filles qui n'existent pas. C'est une aventure de récré, saturée des intrigues de gosses et des extravagances des cours d'école.

Ou alors.
   Ou alors c'est moi le sale petit con transi qui voit ça comme ça, et Snow Bros est à prendre au premier degré. Mince...



THE SNOW MUST GO ON
- j'suis allé la chercher loin elle -

   Continuons brièvement sur la lignée Snow Bros. Courte, en fait : en 1994, la société Hanafram s'est fendue d'un Snow Bros 2 - With New Elves (Otenki Paradise ~ Snow Brothers 2 au Japon) sympathique mais pas indispensable. Il se caractérise essentiellement par ses quatre persos aux capacités distinctes (par exemple le bonhomme ailé ne fait pas de boules de neige, mais des petites tornades ascendantes) et ses environnements plus variés, mais aussi plus classiques. On ne retrouve pas le feeling "loulou" du Snow Bros originel, mais jouer à 4 est un gros atout. Un bootleg du premier Snow Bros circule, intitulé Snow Bros 3 - Magical Adventure, qui replace le jeu dans l'univers du football. Le rendu est plutôt naze, mais a pu circuler dans quelques salles d'arcade.


Snow Bros 2 (1994) et le hack Snow Bros 3 (2002)

   Nettement plus intéressant, un petit soft d'Eleven/Gavaking, sorti sur Neo Geo MVS en 2000 : Nightmare in the Dark. Véritable clone de Snow Bros, il a le mérite de proposer de très jolis graphismes sur le thème d'Halloween. Vous êtes un fossoyeur très moche qui doit repousser par le feu une invasion de zombies dans votre cimetière. Le jeu est très sympa mais moins rythmé que Snow Bros. Il mériterait en tout cas d'être un peu plus connu qu'il ne l'est, car clone ou pas, il fait passer un très bon moment !


Nightmare in the Dark (2000)


   Soyons clairs. Snow Bros est un jeu con. Snow Bros est même un jeu DE CON, vous comprendrez donc pourquoi ça m'a autant inspiré. Moi je ne peux pas m'empêcher de le trouver rigolo, à vous de voir. Choisissez votre camp, camarades, mais surveillez vos arrières : on n'est jamais totalement à l'abri d'une grosse boule de neige dans le cou. Oui oui, même au mois d'août.




   Sidney vous parle :

"Les jeux, vous le savez, c'est ma grande passion. Cet article vous a plu ?
MOI NON PLUS ! Alors venez en parler sur le forum avec nous."
"Réagissez à cet article - Voir les réactions"
 
 
           OuarpZone© 2005 - Milcham & DigDug